Révélations sur les comptes du CE d’Euro Disney

Le rapport d’expertise, qui pointe une foule d’anomalies et parle d’un demi-million d’euros détourné, a été remis au tribunal de Meaux. 

La tirelire de Picsou serait-elle percée? C’est ce que suggère le rapport d’expertise des comptes du comité d’entreprise (CE) de Disneyland Paris, portant sur la période 2001-2010, qui vient d’être remis au tribunal de grande instance de Meaux. Un document complet qui fait suite au rapport d’étape présenté à la justice en janvier 2011, lequel avait montré d’énormes carences dans la gestion des finances de cette instance, qui s’occupe des œuvres sociales des employés de Disneyland Paris.

 Ces révélations avaient abouti à la mise en examen du secrétaire général du CE, Amadou N’Diaye, syndicaliste CGT, d’un autre employé du CE, ainsi qu’à l’ouverture d’une instruction au civil.

2006-2009 : 558000 € détournés. C’est la première phase de l’étude, consignée dans le rapport d’étape transmis à la justice en 2011. Sur ces trois ans, plus d’un demi-million d’euros ont été détournés au CE. Une méthode consistait à modifier les données dans les logiciels comptables, en « gonflant » des chiffres. Autre exemple : la « disparition pure et simple d’un actif » de 99000 € en espèces, en 2009, « qui n’ont pas été déposés sur les comptes bancaires […] et manquent dans la caisse du CE ». Entre la billetterie, les espèces manquantes et les charges non justifiées auprès du prestataire de voyages, ce sont 558000 € qui ont été détournés — sur un budget annuel de 2,5 M€.

2001-2005 : « Une situation anormale ». Le rapport déplore « l’insuffisance des communications opérées » par le CE et, photos à l’appui, il montre le désordre qui règne dans les archives de la comptabilité. Avec les quelques documents dont il dispose, l’expert écrit tout de même que la « gestion des espèces a donné lieu chaque année à des écarts de caisse non négligeables sans [qu’il] puisse en examiner la cause ». Même constat avec la gestion de la billetterie, « déficitaire sur toute la période ». Une situation « anormale » selon le rapport. Au total, cette période souffre d’un dépassement de budget de 285000 € sur la billetterie, des écarts de caisse de 34000 € en espèces ou encore 77000 € de charges n’ayant pas lieu d’être. Mais l’aspect incomplet des documents ne permet pas de « formuler un avis sur l’origine […] de ces écarts ».

2009-2010 : régularisation de la gestion. S’il souligne encore le manque de coopération du CE dans la transmission des documents ainsi qu’une « perte constatée au titre des espèces pour 16282 € », l’expert conclut quand même que « l’année 2009-2010 […] apparaît donc comme celle de la régularisation de la gestion (stocks) et des procédures de contrôle interne (inventaire de caisse et de stocks) ». A noter que le CE a changé de secrétaire général fin 2010.

Que sont devenues ces sommes? Difficile de le savoir, l’instruction étant toujours en cours. Une commission rogatoire a été diligentée pour enquêter sur d’éventuels investissements opérés au Sénégal, le pays natal de l’ex-secrétaire du CE. Une source proche du dossier indique que durant son mandat, ledit secrétaire aurait effectué « 22 voyages dans son pays natal » et « envoyé de nombreux mandats cash via Western Union ».  

Source : www.leparisien.fr

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Changement Mutuelle AG2R, ça change quoi pour moi ?